Weborama mesure d'audience, statistiques, ROI, régie, publicité
Classement des meilleurs sites et positionnement Mont-Saint-Aignan International
 
Loading

Derniers articles parus : Fête de la Saint-Jean | Visite des collégiens à Brzeg Bolny | Week-end et visite à Versailles | Soirée de lancement du projet En route vers le lycée | L'album photo ! | Voyage de lycéens à Purley | Journée de l'eau | Quiz International | Walking Week-end autour de Ightam | L'album photo ! | De la lecture pour les habitants de Rouko | Visite à Barsinghausen, Ascension 2014 | Goûter International |

Jumelage entre Mont-Saint-Aignan et Rouko

Actualités de la Commission burkinabé

Actualité en cours et à venir

En collaboration avec d'autres associations, telles Anyco Nord et Livres sans frontières, Mont-Saint-Aignan International collecte des livres pour les écoles de Rouko, et finance des animations musicales.

Mont-Saint-Aignan International organise régulièrement dans les centres commerciaux de la région, des ventes de bouteilles d'eau et d'objets d'art africain, dans le but de réunir de l'argent pour financer les projets à Rouko.

Par ailleurs, nous voyons déjà l'avancement de plusieurs projets :

  • La construction de la clôture autour du centre sanitaire, est terminée.
  • La construction de la maison des associations / Bibliothèque, est terminée.
  • Une correspondance a démarré entre des écoliers de Mont-Saint-Aignan (Saint Exupéry - CP) et de Rouko (Village de Lounkoubguin - CP 1). Cette correspondance est basée sur des échanges de dessins.

Projets futurs :

  • Montage d’un dossier sur le recyclage de plastiques en mutualisation avec Canteleu, Tora et Forges.
  • Aide à Koro pour la garderie des enfants
  • Montage du système de bourses pour des élèves entrant au lycée

Participez à notre action !
  • devenez membre de Mont-Saint-Aignan International : 20€/an individuel, 24€/an famille
  • faites un don du montant de votre choix.
Chèque à libeller à l'ordre de MSAI - Burkina Faso et à retourner à :
Lilianne COLASSE, 55 bis avenue du Mont aux Malades, 76130 MONT-SAINT-AIGNAN

Soirée de lancement du projet En route vers le lycée, 17 mai 2014

Voir l'album photo

Quelle belle idée que de convier nos amis d'Edenbridge (cf article ici) à une soirée burkinabé. L’occasion de présenter à nos amis d’Outre Manche un jumelage qu’ils ne connaissaient pas. Rien ne manque, des musiciens dont deux originaires du Burkina et une délicieuse cuisine locale, l’ambiance est festive, certains s’essaient même à la danse africaine, nous avons repéré quelques talents. Cette soirée est aussi un moment bien choisi pour présenter les différentes actions menées par le comité de jumelage, et elles nombreuses, notamment l’installation d’une clôture autour du Centre Médical de Rouko, la construction d’une Maison pour tous qui abrite la bibliothèque, les actions à venir avec la scolarisation des lycéens et la pose de panneaux solaires.

L'objectif de cette soirée était de présenter notre projet de parrainage des lycéens de Rouko. Il s'agit de financer la scolarité des élèves issus des familles les plus modestes pendant leurs études au lycée - de la seconde à la terminale. Saluons au passage le soutien du Crédit Agricole Normandie-Seine et du Conseil Général de Seine-Maritime.

Si vous êtes intéressé : bulletin de soutien

Philippe LEVET

De la lecture pour les habitants de Rouko

Des nouvelles...

Les 63 cartons réceptionnés en excellent état, (un grand Merci à Livres Sans Frontières, notre principal partenaire sur l’opération et aux donateurs individuels), nous ont permis après déballage, classement, inventaire, de créer une bibliothèque digne d’intérêt.
Près de 1500 ouvrages (dont 1300 livres) constituent un fonds bibliothécaire que nous avons organisé en 12 catégories :

  • Petite enfance / Enfance / Jeunesse, Adolescence
  • Littérature, Romans / Policiers, Voyages / Médecine
  • Théâtre / Afrique / Arts, Peinture, Dessins
  • Bandes dessinées / Encyclopédies, Dictionnaires, Grands Livres
  • Livres scolaires, Toutes matières, Tous niveaux et notamment des livres pédagogiques.
Trois catégories méritent d’être complétées et des dons ciblés sont volontiers acceptés (la Petite Enfance, l’Afrique et littérature africaine, la BD).

Tenue de la bibliothèque

Trois habitants volontaires assurent les permanences de cette bibliothèque ouverte à tous 2,5 jours / semaine.
Les enseignants sont intéressés pour l’emprunt de livres soit pour préparer leurs cours, soit pour conduire un travail sur un livre en classe. Des visites collectives d’élèves, visant à vulgariser la lecture sont d’ailleurs envisagées. Le livre, en dehors du cadre scolaire, est une nouveauté totale pour la presque totalité de la population de Rouko ; d’ailleurs l’inauguration de la bibliothèque a aussi été l’occasion d’offrir quelques dictionnaires (à la Mairie, au centre Bissengo, ...).
Pendant les travaux d’aménagement, nous avons eu de nombreuses visites de jeunes, de collégiens, d’enseignants, d’élus, de parents, curieux de cette bibliothèque et de ses conditions d’accès.
La 1ère permanence a été tenue le jeudi 12 décembre dernier, et nous avons déjà l’écho de plusieurs abonnements annuels et de quelques emprunts.

La gestion

La bibliothèque communale de Rouko, mise en place par Mont Saint Aignan International, est administrée par un Comité de Gestion composé de représentants locaux.
Ces représentants sont désignés pour un an, renouvelable avant chaque début d’année.
Le Comité de Gestion est présidé par un représentant élu en son sein (sauf exception) de la Mairie ou du Comité de Jumelage). Si des réunions interviennent, lors du séjour d’une délégation de MSAI, un représentant de celle-ci est membre de droit du Comité de Gestion : il pourra même solliciter la tenue d’une réunion, si besoin.

L'activité du Comité de Gestion est la suivante :

  • Proposer et conduire, si besoin toute action pour animer, développer la bibliothèque.
  • Suivre l’activité d’ensemble, la coordonner et l’orienter.
  • Suivre la comptabilité et rendre compte dans le cadre du Jumelage.
  • Etablir un compte rendu des réunions, à conserver dans un classeur à cet effet.

Un GRAND MERCI à tous ceux qui ont aidé à la mise en fonctionnement de la bibliothèque : Donateurs, Mairie de Mont-Saint-Aignan, Conseil Général.

Mission à Rouko du 29 novembre au 10 décembre 2013

C’est l’hiver au Burkina Faso, mais cela n’empêche pas des températures supérieures à 35° en journée, certes réduites à 17/20° la nuit... où il fait plus « frais » ; en brousse, l’harmattan soulève une poussière de lattérite rouge.

Nos objectifs majeurs étaient autour de 2 axes :

  • la réception presque finale des travaux de construction en voûtes nubiennes de la Maison des Associations, et l’aménagement de ses différentes composantes (logement, bibliothèque, salle de réunion)
  • la réception des livres partis de Normandie en juillet dernier, et en attente à Ouagadougou, chez nos amis de SOS Sahel, et leur transfert à Rouko pour y créer (et donc installer et mettre en service) une bibliothèque.

La Maison des Associations

Concernant les travaux... nous tenons le bon bout... avec deux points restant à finaliser : la distribution d’eau dans le logement, et le raccordement électrique (l’électricité n’arrive à Rouko que depuis un an, et le raccordement au réseau demande un certain temps...).
Ces deux points devant se solutionner dans les prochaines semaines, la structure sera alors complètement opérationnelle.
D’ores et déjà, les locaux collectifs (bibliothèque, salle de réunion / lecture / alphabétisation) sont equipés et opérationnels.
La partie habitation est aussi équipée ! il ne reste donc que les raccordements indiqués plus haut à finaliser.
Rappelons que cette partie habitation est destinée à recevoir nos délégations à Rouko (actuellement nous séjournons à Tikaré à une dizaine de Km) ; la résidence sur place donnera une autre résonnance à nos actions, un maillage humain et une intégration encore plus dense.
Mais cette partie habitation est aussi destinée à recevoir d’autres séjournants (vous-même si vous le souhaitez), des étudiants qui dans le cadre de leur parcours d’études doivent réaliser un stage « terrain », qu’il s’agisse du domaine éducatif, de la santé, de l’agriculture, etc.
Deux chambres et un dortoir permettront l’accueil simultané de 8 personnes (photos 3656, 3659 et 3669), avec un espace de vie intéressant.

Les besoins de Rouko et de sa population, permettent tout type de stage et d’investissement. Nous sommes à l’écoute et disposition de tous pour faciliter de tels projets de stage ou de séjour.

La Bibliothèque Communale De Rouko

La culture (l’éducation) primordiale nous apparaissant avec d’autres éléments (l’eau, l’hygiène et donc la santé, mais aussi la condition féminine) importants pour le développement, nous avions décidé en accord avec nos correspondants burkinabé, de mettre au service de la population une Bibliothèque Communale.
Les 63 cartons réceptionnés en excellent état (un grand merci à Livres Sans Frontières, notre principal partenaire sur l’opération et aux donateurs individuels), nous ont permis après déballage, classement, inventaire, de créer une bibliothèque digne d’intérêt.

Près de 1500 ouvrages (dont 1300 livres) constituent un fonds bibliothécaire que nous avons organisé en 12 catégories :

  • Petite enfance / enfance / jeunesse, adolescence
  • Littérature, romans / policiers, voyages / médecine
  • Théâtre / Afrique / arts, peinture, dessins
  • Bandes dessinées / encyclopédies, dictionnaires, grands livres
  • Livres scolaires, toutes matières, tous niveaux, et notamment des livres pédagogiques

3 catégories méritent d’être complétées et des dons ciblés sont volontiers acceptés (la petite enfance, l’Afrique et littérature africaine, BD).

Un comité de gestion composé de représentants de la Mairie, du Comité de Jumelage, de l’Inspection du primaire, du collège et de la condition féminine, doit faire vivre et animer le développement de cette bibliothèque.

Trois habitants, volontaires, vont assurer les permanences de cette bibliothèque ouverte à tous 2,5 jours /semaine.
Les enseignants sont intéressés pour l’emprunt de livres soit pour préparer leurs cours, soit pour conduire un travail sur un livre en classe. Des visites collectives d’élèves, visant à vulgariser la lecture sont d’ailleurs envisagées. Le livre, en dehors du cadre scolaire, est une nouveauté totale pour la presque totalité de la populationÿ de Rouko ; d’ailleurs l’inauguration de la bibliothèque a aussi été l’occasion d’offrir quelques dictionnaires (à la Mairie, au centre Bissengo...)
Pendant les travaux d’aménagement, nous avons eu de nombreuses visites de jeunes, de collégiens, d’enseignants, d’élus, de parents, curieux de cette bibliothèque et de ses conditions d’accès.
La première permanence a été tenue le jeudi 12 décembre dernier, et nous avons déjà l’écho (avec un abonnement annuel, et de quelques emprunts).
Une nouvelle étape,porteuse de promesses et de projets, dans la coopération décentralisée en Rouko et Mont-Saint-Aignan !

Anne et Rémy LANGLOIS

Ventes d'artisanat burkinabé, les 7 et 8 décembre 2013

Les 7 et 8 décembre derniers, nous avons organisé une vente solidaire d'artisanat burkinabé au profit de Rouko.

Le samedi nous avions deux points de vente, l'un au centre commercial des Coquets et l'autre à la maison des associations. Le dimanche la vente à eu lieu au marché de Noël de Bouville.

Les passants ont trouvé sur nos étals de petits cadeaux originaux à offrir à leurs proches à Noël : boîtes en cuir décorées, tissus, paniers, sacs, bijoux, statuettes, porte-clés, petits ustensiles de cuisine.. il y avait pour tous les goûts et pour tous les budgets.

Les acheteurs ont contribué á aider notre ville soeur burkinabé, en plus de faire plaisir à leur famille.

Un grand merci à tous ceux qui ont donné de leur temps pour ces ventes et à ceux qui sont venus visiter... nous nous reverrons en mai pour une journée de l'eau.

Semaine de la solidarité internationale, du 16 au 24 novembre 2013 : le colloque mossi

Notre Commission, en partenariat avec 6 autres associations de jumelage avec le Burkina Faso, ont organisé des manifestations pendant la Semaine de la Solidarité Internationale sur le thème "entre traditions et modernité, quels enjeux pour le XXIe siècle" avec un éclairage sur la culture mossi.

Le point d'orgue de ces échanges était un colloque sur la culture mossi, qui s'est tenu à Canteleu le 23 novembre 2013.

Nous avons d'abord regardé les photos affichées par les différentes associations. Des visages, des paysages, des habitations si caractéristiques de cette région du monde. Cette rencontre était aussi l'occasion d'échanger avec d'autres personnes impliquées dans un jumelage au Burkina Faso.

Le colloque était animé par Moïse Gomis, journaliste.

Alfred Sawadogo, sociologue, nous a parlé du pouvoir coutumier, qui cohabite avec avec l'administration moderne. Son représentant principal est le Moro Naba, descendant du fondateur du royaume mossi, venu du Ghana. Cette chefferie coutumière est très structurée et respectée, avec 11 ministres, dont un Imam.

La religion musulmane est majoritaire (60%), et cohabite avec la religion catholique (30%) ce qui n'empêche pas de conserver des pratiques animistes.

Mme Bakyono, attachée culturelle à l'ambassade du Burkina Faso, nous a parlé de la place de la femme dans la société burkinabé. Celle-ci est maintenue dans une forme de dépendance vis-à-vis de sa famille, d'autant que peu de femmes sont allées à l'école ; ceci dit, sa place dans l'économie du pays est essentielle et elle investit ses revenus principalement dans l'éducation des enfants et le fonctionnement du ménage. Mais, comme a précisé Bernard Zongo, écrivain et professeur de lettres, les mères ont une autorié extraordinaire en ce qui concerne l'éducation des enfants.

Il existe différentes langues pratiquées au Burkina Faso. Le français est la langue officelle. Les autres langues sont considérées comme des dialectes et ne sont pas enseignées, ce que regrette Mr Zongo.

Mme Fleur Ferry, chargée de mission Coopération décentralisée au Conseil général de Seine-Maritime, a parlé du rôle de la coopération décentralisée comme outil de développement du territoire dans la province du BAM. Ce qui nous amène à parler du developpement économique dans cette région, avec les interventions de Mr Amadou Villier, chef d'entreprise et fondateur de l'association Henriette qui lutte contre le cancer du sein au Sénégal, et Mr Dominique Mahieu, président de l'association Made in Africa-Normandie, impliqué dans des relations économiques avec des pays d'Afrique. Faute de système d'assurance sociale organisé, le système social repose d'abord sur la famille, et cette aide prime souvent sur l'investissement économique. D'autre part, le soutien économique économique de la diaspora est très important, et pas toujours facile à assumer pour les africains installés en France.

La discussion s'est terminée autour d'un repas africain.
Cette rencontre renforce notre engagement pour aider Rouko.

Derniers événements

Journée de l'eau, le 10 mai 2014

Encore une fois, votre engagement à nos côtés a permis, cette année, de mener à bien notre opération « l’eau c’est la vie » samedi 10 mai 2014, à Carrefour au Parc de la Vatine.

Malgré un temps défavorable, mais grâce à votre aide, nous avons pu récolter les fonds indispensables à la poursuite de nos actions dans la commune jumelée de Rouko.

A vous tous, et au nom de la commission Afrique, je vous adresse mes très sincères remerciements.

Cette chaîne de solidarité à laquelle vous avez participé nous sera d’une grande aide envers nos amis Burkinabè, qui ont tant besoin de nous.

Je vous renouvelle tous mes remerciements,
Cordialement.

Liliane Colasse

(MDLR : signalons également la présence de quelques étudiants Burkinabè, et d'Alfred Sawadogo et son épouse.)

Mission à Rouko du 1er au 12 août 2013

L'album photo !

"Bonjour ! Nous vous souhaitons une bonne arrivée." C'est ainsi que les habitants de Rouko nous accueillent.

Ce mois d'août tombe pendant la saison des pluies. Les averses peuvent être très violentes. Tous les paysages sont verts et les animaux se régalent de l'herbe nouvelle... qui ne sera plus qu'un souvenir dans quelques semaines.

La Maison des Associations de Rouko

Voir l'article du quotidien Sidwaya.

La construction de la Maison des Associations, construite en voûtes nubiennes, n'est pas encore tout à fait terminée, ce qui a nécessité une nouvelle réunion de chantier. Ceci dit, nous avons fêté son inauguration le 10 août en la présence de Mr le Maire de Rouko, de son adjoint, de sa Majesté le Chef coutumier de Rouko et de l'Imam du village. Mr Le Maire de Mont-Saint-Aignan, Patrice COLASSE, était spécifiquement présent pour l'occasion.
Cette maison comprendra une bibliothèque (pour laquelle nous avons fait la collecte de livres) et une salle d'activités qui pourra servir par exemple à l'alphabétisation des femmes. Nous avons eu une réunion concernant l'organisation et le fonctionnement de la bibliothèque.

Animations avec les enfants de Rouko

Nous avons organisé deux séances d'activités avec les enfants de Rouko, avec Koro, responsable de l'association des femmes. Pour les petits, il s'agissait de faire des dessins et des coloriages. Les grands ont fabriqué des guirlandes et des fleurs en papier.

Visite du lycée de Tikaré

Les élèves de Rouko peuvent suivre leur scolarité sur place jusqu'à la classe de 3ème. Ensuite, il faut aller au lycée de Tikaré. Nous avons visité le lycée et rencontré Idrissa, secrétaire au lycée. Beaucoup de lycéens viennent le rencontrer pour obtenir leur bulletin de notes. Malheureusement, ils ne peuvent pas l'obtenir s'ils n'ont pas payé leurs frais de scolarité. Beaucoup d'élèves sont exclus de l'établissement, faute d'argent. Avec Idrissa, nous avons envisagé un système de bourses pour les lycéens prometteurs qui n'ont pas les moyens de payer leur scolarité. Cela pourrait être notre prochain projet (à discuter).
Par ailleurs, Idrissa a créé au sein du lycée une association de prévention contre le Sida.

Prière de fin de Ramadan à Rouko

Le 8 août avait lieu la prière de fin du Ramadan, où nous avons été invités à côté de sa Majesté le Chef coutumier de Rouko. C'est un jour de fête et une célébration très importante. Tous les habitants des villages convergent vers le terrain de football de Rouko pour prier avec l'Imam. Ils portent des habits de fête. Le boulanger fabrique beaucoup de pains pour ce jour spécial.

Visite des orpailleurs

Au Burkina Faso, il y a de l'or et on voit autour de Rouko des orpailleurs. C'est une source d'argent incontournable, mais aussi une source de problèmes pour la région. Beaucoup de jeunes sont attirés par cette activité et délaissent l'école ou le travail dans les champs. L'extraction de l'or se fait en plusieurs étapes :

  • Creuser des galeries dans la colline pour en extraire des pierres. Cette tâche est rendue très difficile par la chaleur et le manque d'air.
  • Casser les pierres à la main pour en faire de plus petites.
  • Broyer les pierres en utilisant une machine électrique reliée à un groupe électrogène.
  • Séparer les poussières d'or de la pierre broyée. Cela requiert l'utilisation d'eau et de mercure.
Le mercure pollue l'eau, les sols et les nappes phréatiques, et menace la santé des ouvriers. C'est un problème particulièrement alarmant dans une région où les ressources en eau sont rares.

Manegtaba : visite chez le Chef et au marché

Tous les 3 jours, il y a à Rouko ou dans les environs un grand marché, appelé "Marché du 21". Nous avons voulu visiter le "marché du 21" de Manegtaba. Auparavant, nous avons rendu visite au Chef. Il nous a fait goûter le Dolo (boisson de mil fermenté) et nous a présenté les membres de sa famille : ses épouses, ses enfants, ainsi que les épouses et les enfants de son frère décédé, qui sont à sa charge.

Sur le marché, on peut trouver quelques légumes, des épices, de la vaisselle en plastique ou en métal, des balais, des calebasses, des boules de savon local au karité, des choses utiles telles que des piles ou des médicaments. On peut manger de délicieux beignets cuits sur place.

Musée de Manega

En retournant vers Ouagadougou, nous nous sommes arrêtés pour visiter le musée de Manega. Ce musée raconte l'histoire des empires culturels, Dogon, Peulh, Bobo, Mossi, Sénoufo, Nuni. Il montre aussi des habitats tradionnels reconstitués, des pierres tombales à tête d'homme datant de plusieurs millénaires, le Pavillon de la Mort et des objets rituels anciens.

Et l'on reprend la route...

Nous remercions tous les gens de Rouko, de Tikaré, de Manegtaba, et Manega pour leur accueil et leur gentillesse ; ainsi que le journal quotidien Sidwaya.

La bibliothèque... voyage en bateau !!!

Nous avons déposé vendredi nos 63 cartons de livres, chez le transitaire CENTRIMEX, l'un des principaux opérateurs sur l'Afrique.

Ci-dessous quelques photos du groupage sur palette, que nous avons effectué sur place.

Cette palette a dû embarquer le 1er juillet sur le bateau Antje Wulff, qui partira de Rouen le 4 juillet pour Lomé, puis ensuite par la voie routière doit arriver à Ouagadougou le 8 août.

Notre envoi a donc été constitué aux 2/3 de livres récupérés par Livres sans Frontières, et pour 1/3 de l'appel à dons que j'avais lancé.

Merci à tous les donateurs !

Rémy LANGLOIS

Journée de l'eau, le 4 mai 2013 : l'eau, c'est la vie !

Le samedi 4 mai 2013, nous nous sommes retrouvés au centre commercial Carrefour de La Vatine pour une vente de bouteilles d'eau au profit du Burkina Faso, de 9h30 à 18h30.

Toute la journée, nous nous sommes relayés, avec des étudiants burkinabé, pour vendre des bouteilles et donner des informations sur nos activités. Le stand montrait des photos de Rouko et de la future maison associative.

Grâce à votre aide, nous avons pu récolter les fonds indispensables à la poursuite de nos actions dans la commune jumelée de Rouko.

Cette chaîne de solidarité nous sera d’une grande aide envers nos amis burkinabé, qui ont tant besoin de nous.

Reportage : construction d’une maison associative à Rouko, avec la technique de « Voûtes Nubiennes »

La construction d’une maison associative à Rouko, dans le cadre de la convention de coopération (jumelage) avec cette commune est commencée depuis décembre 2012.

Cette construction s’est vite avérée indispensable pour le développement de notre coopération, compte tenu de l’absence de « réceptif » à Rouko, pour nous-mêmes lors de nos missions, mais aussi pour y accueillir des stagiaires (provenant de l’ESITPA, de l’IUFM ou d’autres écoles), et toute personne souhaitant séjourner au Burkina Faso.

Ce projet est donc structurant pour l’avenir et le développement de notre coopération. Il facilitera les missions évoquées ci-dessus, mais permettra aussi à des burkinabés, au travers d’une partie des locaux que nous mettrons à leur disposition, d’animer et faire vivre des activités de bibliothèque, alphabétisation et autres...

Comme indiqué dans le compte rendu de la mission de janvier 2012, nous avons approfondi puis opté pour une construction en voûtes nubiennes, utilisant les matériaux locaux (terre crue, moellons de latérite...) et évitant le recours au bois (rare en Afrique) et aux matériaux d’importation.

De plus les constructions de ce type, sont particulièrement isolantes, notamment contre les températures élevées de ces régions.

Lors du séjour de novembre 2012, nous avons finalisé les marchés, avec quelques artisans des environs de Rouko

Cette construction est financée sur 3 années, au travers de 3 sources :

  • les fonds provenant de nos activités (ventes d’artisanat, d’eau, ..)
  • l’aide de la Ville de Mont-Saint-Aignan, à ce projet, au travers de Mont-Saint-Aignan International
  • l’aide du Conseil Général de la Seine-Maritime, dans le cadre de la convention de partenariat décentralisé qui lie le département de la Seine-Maritime avec la province du BAM, dans laquelle se situe la commune de Rouko.

La construction commencée en décembre 2012 au travers de la confection des briques, est maintenant bien avancée au niveau du gros oeuvre, ainsi qu’en témoignent les photos qui imagent cet article... du terrain nu au stade actuel dit « hors d’eau ».

Terminée pour avril-mai prochain, puis aménagée intérieurement (partie logement, et locaux d’activités) pour l’été 2013, cette maison associative pourra ensuite être utilisée par les uns et les autres.

Voici en photos successives l’évolution du chantier :


Les fondations

Moellons de latérite ou de terre

Montage des murs

Les voûtes apparaissent

Cela commence à prendre forme

Rémy LANGLOIS

Reportage : le système scolaire au Burkina Faso

Les écoles primaires de Rouko bénéficient d’une aide de l’Etat qui procure des livres et cahiers aux enfants, ainsi qu’une ardoise. Les besoins en craies sont relativement importants et des dons en la matière sont toujours les bienvenus.

La moitié des écoles environ dispose de 6 classes ou niveau : CP1 et CP2 ; CE1 et CE2 ; CM1 et CM2.
Dans les villages les plus reculés, on trouve plutôt 3 classes avec une rentrée tous les 2 ans : une année tous les numéros 1 puis ils poursuivent avec les numéros 2.

La plupart des écoles adopte une pédagogie d’apprentissage par petits groupes : les élèves ont des bureaux face à face et travaillent à 4, 5 ou 6 élèves.
Chaque petit groupe dispose d’un responsable qui relaie auprès du groupe, les consignes et l’organisation du travail à réaliser.

Chaque école forme avec les CM1 et/ou CM2, un gouvernement d’école qui compte 11 enfants : Président, Premier Ministre et différents ministres (finance, environnement, information,...). Un plan d’action pour l’année est établi au sein de chaque ministère.

Selon les chiffres (bien compliqués à obtenir), il y aurait :

  • sur 2010-2011, environ 2 500 à 2 600 élèves en école primaire (toutes écoles réunies) avec une répartition filles/garçons quasiment à égalité. La tranche d’âge des élèves va de 7 à 16 ans.
  • le taux de scolarisation ne peut être qu’une estimation compte tenu de l’absence quasi totale de statistiques.
    Le nombre de naissances à l’année est de 1 400 enfants en 2011 et autant en 2012 (il y a 7 à 10 ans, le nombre de naissance était de l’ordre de 1 000 par an environ). Partant de cette base, l’enseignement primaire durant 6 ans représente environ 6 000 enfants scolarisables, le taux de scolarisation pourrait donc être d’un peu moins de 50%.
  • la fin du primaire est sanctionnée par le CEP (Certificat d’Études Primaires) avec un taux de réussite de 64% en 2011 et/ou par le concours d’entrée en 6ème.
    Le collège estime qu’environ 60% des élèves du primaire rentrent au collège, que 30% des collégiens iraient au lycée et qu’environ 11% des lycéens iraient en études supérieures (chiffres non vérifiés).

Lilianne COLASSE

Mission accomplie pour la délégation ! du 29 octobre au 9 novembre 2012

Une délégation de trois personnes de la Commission Burkina-Faso s'est rendu à Rouko. L’objet essentiel de cette mission était de finaliser les devis et modalités de réalisation de la Maison des Associations et du jumelage : devis signés et démarrage de la construction prévue pour décembre 2012 avec une fin de chantier envisagée pour avril 2013.


De nombreuses réunions de travail

La délégation a assisté à la pose d’un panneau symbolisant le premier projet réalisé sur la commune qui est la clôture du Centre sanitaire et social.

Clôture du centre sanitaire et social (CSPS) et pose du panneau

Rouko a obtenu le 3ème prix sur 47 du CSPS le plus propre du BAM en décembre 2011 et le 7ème prix en 2012.

La délégation a aussi participé à la cérémonie de signature du nouveau protocole de coopération décentralisée entre la Seine-Maritime et la Province du BAM.

Signature le 31 octobre à Kangoussi

Élections municipales prochaines

Le 2 décembre 2012, auront lieu les élections municipales ; la campagne électorale démarrera le 17 novembre 2012.

Sur la commune de Rouko, il existe :

  • 1 village central avec 7 quartiers : Tamiouiogo 1 et 2, Souma 1 et 2, Nayiri, Rouko Foulbé et Rouko Centre
  • 7 villages aux alentours : Rilgo, Silmidougou, Youghin, Pittenga, Yamané, Raka, Kounkoubguin.
Cela fait 14 zones dans la commune.

La campagne dure 2 semaines :

  • 7 partis se présentent
  • 2 personnes, parfois 3 (titulaire et suppléant) se présentent pour chaque parti.

Le dépouillement se fait par zone au niveau des 14 zones, ce qui peut amener un panachage des partis.
Les élus de chaque zone forment le conseil municipal qui élit alors le Maire.

Durant la campagne, chaque tandem de parti tient des réunions publiques dans sa zone. A Rouko, il y a 20 conseillers.

Enfants de Rouko

Vente de bouteilles d'eau, 5 mai 2012

C'est sûr, en ce moment nous ne manquons pas d'eau en Normandie... mais ce n'est pas le cas au Burkina Faso où l'eau manque, et où les boulis (réservoirs d'eau) peinent à se remplir.

Faisant symboliquement référence à cette situation, Mont-Saint-Aignan International a organisé une vente de bouteilles d'eau au centre commercial Carrefour de Mont-Saint-Aignan, au profit de notre soeur jumelle burkinabé, Rouko.

Nous remercions toutes les personnes qui ont participé, ou acheté des bouteilles pour soutenir notre action.

Réunion des Comités Nord pour le Burkina Faso, le 14 avril 2012

Les Comités Nord - il s'agit de toutes les associations du nord de la région rouennaise, venant en aide à des communes au Burkina Faso - se réunissent deux fois par an pour capitaliser leurs expériences et échanger sur leurs projets.
C’est la Commission de Mont-Saint-Aignan qui organisait cette rencontre pour le premier semestre 2012.
35 personnes représentaient les différents comités de Seine-Maritime.

Plusieurs thèmes de travail ont retenu l’attention des participants :

  • le processus de capitalisation d’expérience 
  • l’avancée du travail d’évaluation des dispositifs de coopération décentralisée, tant au Nord qu’au Sud 
  • les perspectives de construction en voûtes nubiennes 
  • le futur colloque Mossi 
  • le bilan du concours de propreté des centres sanitaires (37 centres étaient en concurrence) 
  • l’usage des lampes solaires et des foyers économiseurs 
  • le projet de financement d’ambulances pour la province du BAM 

Monsieur Pierre LEAUTEY, Maire de Mont-Saint-Aignan a clôturé les travaux et offert un pot de l’amitié.

Un repas africain a réuni les participants pour terminer cette rencontre.

Lilianne COLASSE

Mission à Rouko du 28 décembre 2011 au 14 janvier 2012

Trois membres de notre Commission ont représenté Mont-Saint-Aignan au sein de notre commune soeur, Rouko.

Ils sont allés saluer les habitants dans différents villages de la commune, et rencontrer quelques chefs de village.


Le chef de Silmidougou

Le chef de terre de Rilgo

Ils ont réceptionné la clôture terminée autour du CSPS (le centre de santé). Ce projet constitue le 1er investissement que Mont-Saint-Aignan International a financé sur place.

"Le mercredi 4 janvier à 10h, nous avons été saluer le chef de Rouko et avons retrouvé à la chefferie Christian SAWADOGO, 1er adjoint au Maire de Rouko, Etienne OUEDRAOGO, entrepreneur de la clôture du CSPS, Daniel OUEDRAOGO, chargé par Liliane du suivi, Victor SAWADOGO, Président du Comité Communal de Jumelage, Mathias SAWADOGO, conseiller municipal, Présent de la commission des affaires générales, sociales et culturelles, les artisans... pour la réception de la clôture."

Nos amis de la Commission ont poursuivi leurs échanges autour du projet de construction de la maison des Associations.

"Au cours de la réunion du 15 janvier, Valentin nous a informé que les grands frères avaient prévu un lotissement pour lequel le travail de relevé topographique avait déjà été réalisé et qu’ils étaient prêts à nous céder l’un de leurs terrains. Le chef, présent à la réunion donne son accord à cette proposition. Valentin nous offre son propre terrain, la parcelle n°3 d’environ 20m sur 30m. Il s'agit d'une parcelle le long de la route de Rouko à Sabcé, plus proche du centre du village et en face du commissariat."

Un petit groupe travaille actuellement sur la perspective d’une construction.

"La voûte nubienne" (www.lavoutenubienne.org) est une association qui a pour but de développer un mode de construction, au Burkina Faso et dans les zones alentours, adapté aux besoins des populations et aux moyens dont ils disposent, puis de le faire connaître aux maçons et aux populations. Le nom de cette association vient des voûtes nubiennes qui furent construites en 1300 av. J.-C., uniquement avec de la terre.

Dans la même idée, qui est d’utiliser les matériaux locaux, l’association La voûte nubienne a développé des voûtes de forme "légèrement" différente que celles d’Egypte, s’approchant de la chaînette, qui permettent de faire toute la construction uniquement en terre crue ou en moellons de latérite. Ainsi, la population s’évite l’utilisation du bois, qui devient de plus en plus rare dans la zone sub-saharienne, car il n’est utilisé dans aucune des phases de construction d’un habitat coiffé de ces voûtes. Cela est donc un avantage pour l’environnement.

Un autre avantage de cette technique est qu’elle évite la tendance qui est de remplacer les anciens toits de bois mélangés à de la terre par des tôles ondulées qui sont des produits importés. Il en résulte que l’argent ne sort plus de l’économie locale. De plus, la technique est élaborée pour que la population, surtout les habitants/cultivateurs des zones rurales, puisse apprendre le mode de construction, permettant ainsi la formation de maçons. La main-d’oeuvre est aussi valorisée par la part du coût d’une construction qui lui est attribuée.

En fait, mis à part l’étanchéité en plastique qu’il faut acheter, le matériau, les outils et les maçons sont sur place. Le programme est donc intégré à l’économie et à la société locale et il participe à l’autonomie des populations.

D'autres visites...

Petit voyage en Afrique pour nos aînés, le 1er décembre 2011

Grâce au financement de Mont-Saint-Aignan International, l’Association ANYCO Nord est venue présenter aux résidents de Blanche de Castille et de Saint-Louis des instruments de musique traditionnelle africaine et de l’artisanat, ou l’art de créer à partir de la récupération. Après l’écoute d’un conte de Fouma TRAORE (conteur et joueur de musique burkinabé), les volontaires ont pu manipuler l’instrument de leur choix et s’initier à l’art du bogolan (tissu teint suivant une technique utilisée au Mali et au Burkina, avec le plus souvent des dessins géométriques dans les tons marrons, noir, blanc).

Lilianne COLASSE

Mission à Rouko, du 29 octobre au 5 novembre 2011

L'objet de cette mission était de discuter les projets suivants :

  • Construction d'une clôture autour du centre sanitaire, pour empêcher les animaux d'entrer
  • Choix du terrain pour la future Maison des Associations
  • Etablissement de correspondances entre des écoliers de Mont-Saint-Aignan et de Rouko.

Projet de maison des associations

Position des responsables de Rouko :

  • Accord absolu du chef de village qui souhaite ardemment que nous ayons un espace pour faire partie intégrante du village.
  • A demandé lors de nos premières salutations que nous repérions avec Christian un lieu.
  • Accord tout aussi chaleureux du Préfet.

Modalités actuelles d’attribution d’espace :

  • Il n’existe pas sur Rouko, à la différence de quasiment toutes les autres communes, de lotissement. Ceci signifie, un plan avec délimitation de l’espace. Il existe cependant des bornes, parfois sans que cela soit précisé. Si un lotissement existe, les attributions de terrain se font par le Maire.
  • Aujourd’hui sur Rouko, c’est donc au chef de village que revient la décision d’attribuer un espace.
  • Le choix du terrain est réalisé, un procès verbal de palabres est conclu. Ce dernier est transmis aux Domaines. Une taxe de division fiscale est à payer.

Espace dédié à la future maison des Associations :
Le 2 novembre, à 17h00, sa Majesté Joseph, son assistant, Christian, Adjoint au Maire, Tal, et les deux représentants du Comité de jumelage de MSAI ont identifié le terrain que le chef coutumier a la bonté d’offrir.
Il s’agit d’un espace carré de 25 mètres de côté, situé à quelques mètres de la Mairie à l’entrée du village en venant de la route de Sabsé.
Les palabres se sont réalisés sur place sous la responsabilité du chef coutumier qui a décidé de cette attribution.

  • Le chef coutumier prend la responsabilité d’établir un procès-verbal de palabres dans les semaines à venir.
  • Ce procès-verbal sera signé par le représentant de la délégation de MSAI qui vient fin décembre 2011.
  • Le procès-verbal signé sera remis à l’administration pour enregistrement.

Echanges de dessins entre enfants de Mont-Saint-Aignan et Rouko

Ecoles concernées :

  • Mont-Saint-Aignan : Saint Exupéry - CP - Classe de Madame Bossard
  • Rouko : Village de Lounkoubguin - CP 1 - Classe de Valérie Napon

Nature des échanges :

  • Photos de la classe de Madame Bossard faites en accord avec Madame la Directrice le 17 octobre 2011. Dessins des enfants de MSA et lettre d’accompagnement, remis à Valérie Napon.
  • Remise de la correspondance de 60 crayons de couleur et de feuilles de papier à dessin à Valérie Napon le 31 octobre 2011 en accord avec le Directeur de l’école. Prise de photos de la classe de Rouko.
  • Reprise des dessins et de la correspondance de Rouko pour un retour à Madame Bossard en Novembre.
  • Remise de stylos et de porte-documents aux six instituteurs de l’école.

Prolongements :

  • Prochaine délégation de la commission, prévue pour fin décembre 2011.
  • Organisation d’une séance photos avec les enfants de la classe de Madame Bossard avant les vacances de Noël.

Quelques informations sur Rouko

Saison des pluies 2011 :
La saison a été pauvre en pluie ce qui augure des difficultés prévisibles pour la population. En prévision de cela, l’Etat a lancé un plan d’aide qui prévoit :

  • l’approvisionnement à la Préfecture de sacs de 100 kg de mil à un tarif de 11000 FCFA le sac au lieu de 15 à 16000 FCFA sur le marché
  • la distribution sera supervisée par la Préfecture
  • la population s’inscrira sur une liste, paiera le prix convenu et sera appelée par la Préfecture pour prendre possession du sac
  • pour les familles qui ne pourront pas payer les 11000 FCFA, des critères d’attribution doivent être définis et les conseillers municipaux seront sollicités pour identifier les gens nécessiteux.
A titre d’information, un sac de 100 kg de mil peut nourrir une famille de 12 personnes environ pour un mois.

Population en novembre 2011 :
Population recensée au CSPS :

  • 16 700 habitants sur l’ensemble de la commune
  • 3 500 habitants de 0 à 5 ans.
Répartition de la population sur les villages suivants :
  • Pittenga
  • Rilgo
  • Silmidougou
  • Kounkoubguin
  • Rouko Mossi
  • Rouko Foulbé
  • Raka
  • Yamané

Electrification :
Les poteaux électriques arrivent aujourd’hui jusqu’à Sabcé (15/16 km entre Sabcé et Rouko). Les emplacements des poteaux qui seront posés à Rouko sont repérés. Mais nous ne connaissons pas encore les délais de livraison.

Clôture du centre sanitaire

  • Les travaux sont lancés
  • La signature officielle a été réalisée.

Lilianne COLASSE

   

Stage IUFM à Rouko, du 5 au 26 février 2011

Tout débute en décembre dernier, lorsque je fais le choix de réaliser mon stage en responsabilité accompagnée au Burkina Faso. L'IUFM me met alors en contact avec la commission Mont Saint Aignan international, plus précisément avec Mme Colasse, directrice de la commission Burkina Faso. Après un échange tout d'abord par mail, il m'est permis de la rencontrer et d'échanger sur mon projet. Mme Colasse prend contact avec ses connaissances burkinabé. Mon séjour commence alors à s'organiser. Je serais tout d'abord accueillie, dans la capitale, pour ma première nuit chez Victor Sawadougou. Je partirais le lendemain pour Rouko, commune dans laquelle je ferais mon stage, plus précisément dans l'école de Kounkoubguin, dirigée par M. Ganem. En ce qui concerne mon logement, monsieur le Maire de Rouko, met à ma disposition, la maison construite dans le cadre du jumelage avec Mont Saint Aignan, c'est la commission MSA International qui m'a financé ce logement.

C'est donc après plusieurs rencontres avec Mme Colasse, de nombreux mails échangés avec mes interlocuteurs Burkinabé, que je m'envole le 5 février pour le Burkina Faso.

Quelle chaleur ! Seront mes premiers mots à la descente de l'avion. Je suis accueillie chaleureusement à l'aéroport. Confortablement installée pour ma première nuit, je m'impatiente de découvrir le village, où je passerais mes trois prochaines semaines. C'est avec gentillesse, qu'un ami de la famille de Victor, m'emmène à Rouko, à 150km de la capitale, je découvre alors cette Terre rouge, magnifique. A mon arrivée, je prends place dans mes « quartiers », je ne m'attendais pas à ce confort. Dans l'après-midi, je fais la connaissance de M. Ganem, qui sera mon responsable de stage et de M. l'Inspecteur des écoles, je suis alors agréablement surprise, de leur investissement pour que mon stage se déroule au mieux, nous mettons en place mon planning : j'observerais dans les différentes classes, durant une semaine et demie, je ferais « la maîtresse » l'autre partie de mon séjour.

Je pars donc dès le lendemain, pour l'école, je fais la connaissance de l'équipe enseignante, et des enfants. Ma présence fait l'objet de beaucoup de curiosité chez les élèves. Je découvre les classes, les moyens sont rudimentaires, deux des cinq classes sont sous des paillotes et un enseignement dynamique. Je passe la première partie de mon stage, à observer les techniques d'enseignement et les contenus, assise au fond de chaque classe. Je corrige mes premiers cahiers. Au fur et à mesure, j'intrigue un peu moins les élèves, m'habitue à la chaleur et me fais à mon quart d'heure de vélo pour aller à l'école.

Le temps passe très vite, ma période d'observation est déjà terminée. Place à la pratique ! C'est avec l'aide des instituteurs, que je prépare mes premiers cours. Ca y est je me lance, me voilà maîtresse pour une petite dizaine de jour. Quel bonheur, quel enrichissement ! Les élèves font preuve d'adaptabilité, sont à mon écoute. Chaque fin de journée est marquée par de longs échanges, avec le directeur et les instituteurs, sur mes cours de la journée et sur de nombreux autres sujets,. C'est le cœur rempli de moments riches, que je repartais de l'école, sur mon vélo chaque soir.

En ce qui concerne mon quotidien, une femme, Koro, me seconde dans ma « vie à l'Africaine », elle m'accompagne pour aller au marché, me présente aux autorités de la commune, au chef du village, je traverse la région sur sa moto. C'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous passons du temps ensemble.

Je me vois conviée au lancement de la compétition sportive des écoles, j'y suis une invitée d'honneur, cette invitation, me permet d'échanger avec les instituteurs des autres écoles. C'est un moment très agréable, comme le sera ma deuxième invitation, lors de la présentation des voeux, des professeurs à l'inspecteur. Cérémonie, riche en rencontre, en musique, en rires et... en bière locale.

A la fin de cette cérémonie, il m'est permis de passer un long moment avec le Maire du village, ce sera un des nombreux moments forts de mon séjour, nous restons de longues heures à discuter, à cœur ouvert, comme il le souligne lors de notre discussion.

Je fus aussi sollicitée par un instituteur, pour un cours de danse traditionnelle à l'école un jeudi après-midi. Grand moment de rigolade, de contact fort avec les élèves de l'école, qui commencent à s'habituer à la présence de mon appareil photo.

La fin de mon stage approche, nous mettons en place la cérémonie pour mon départ.

Ce sera en présence, des instituteurs, du directeur, de l'inspecteur des écoles, des parents d'élèves, de la responsable du centre d'alphabétisation et des élèves qu'elle aura lieu. Au cours de cette cérémonie d'au revoir, c'est dans la robe qu'un teinturier m'a offerte que je remets le matériel scolaire apporté avec moi. Cet échange est réciproque, je me vois offrir, un pagne de tissu où figure mon nom et celui de l'école par les parents d'élèves. L'équipe de l'école m'offre le pagne aux couleurs du 8 mars, fête de la Femme et un sac fait par les femmes du centre d'alphabétisation.

C'est avec le cœur lourd que je fais pour la dernière fois le chemin de l'école à mon logement.

Je quitte Rouko, le lendemain, pour rejoindre la capitale, où Victor et sa famille m'accueillent pour mon dernier week-end. Quelle chance, c'est le week-end du FESPACO, festival du cinéma africain. Durant ces deux jours je parcours la capitale, assiste à l'ouverture du festival dans le stade national, où se déroule des concerts, des spectacles de danses, un feu d'artifice.

Je passe mon dernier soir, à découvrir Ouagadougou de nuit, avec ses boîtes de nuits et son ambiance festive. C'est après une courte nuit, que je me rends, le lendemain au marché artisanal de Ouagadougou, un véritable plaisir pour mes yeux. Ces mêmes yeux, qui quelques heures plus tard s'humidifieront à ma montée dans l'avion.

Et voilà déjà trois semaines de passées ! C'est la tête pleine de souvenirs, de rencontres, de moments riches que je m'envole.

Je garde de ce voyage un souvenir mémorable, une belle leçon d'humilité.

Un grand « barka » (merci en Mooré, dialecte du village où je suis partie), à tous ceux qui ont rendu possible cette aventure.

Marion COUDRIN


Classe de CE2 à Rouko

Vente d'objets d'artisanat burkinabé, 18 décembre 2010

Quelques français viennent juste de rentrer d'une première mission de reconnaissance à Rouko ; à cette occasion ils ont ramené de leur voyage divers objets. Le but de l'opération du 18 décembre était de les proposer à la vente, la recette servant directement à aider nos amis burkinabé. De 9h30 à 17h, un stand était tenu au Centre Commercial des Coquets. Parmi les objets proposés, il y avait des batiks (morceaux de tissu peint avec un mélange à base de cire) ; des cartes de voeux sous forme de petits batiks ; des calebasses peintes, formant des boules de Noël originales ; des dessous de plat en paille tressée, des boîtes en cuir, des masques, des colliers, des tableaux de style africain, et des bouteilles d'eau... le tout à des prix accessibles. Cette vente a remporté un certain succès, en dépit du temps très enneigé qui a certainement empêché la clientèle habituelle de venir. Remercions aussi le supermarché U qui a offert les bouteilles, la direction du Centre Commercial des Coquets pour le stand, ainsi que Mr le Maire Pierre LEAUTEY qui nous a honorés de sa visite.

Première mission de reconnaissance à Rouko, 24 novembre au 1er décembre 2010

Ce premier voyage était l'occasion de nombreuses rencontres !

  • Réception d'accueil le jeudi, plusieurs centaines de gens, accueil très chaleureux, très grand contentement d'avoir ce jumelage
  • Visite du collège (ouvert en 2004)
  • Rencontre avec le directeur de l'école B et deux personnes de l'Inspection. Rouko compte 14 écoles (une par quartier et une par village). Nous estimons le nombre d'élèves à 3 500.
  • Rencontre et visite du dispensaire et de la maternité, il y a beaucoup à faire !
  • Rencontre avec le commissariat de police
  • Rencontre avec le préfet
  • Analyse des besoins avec les représentantes des groupements de femmes (35 à 40 femmes) et les groupements d'agriculteurs et d'éleveurs
  • Rencontre à la garderie, qui garde 110 enfants
  • Visite au chef coutumier
  • Rendez-vous à la Caisse Populaire de Kongoussi pour envisager l'ouverture d'un compte bancaire
  • Rencontre avec le représentant de SOS Sahel pour parler de la coopération décentralisée
  • Visite de 4 boulli (réservoirs d'eau) sur 5
  • Visite du maraîchage de Tikaré
  • Réunions de travail avec le comité de jumelage et quelques élus
  • Et voici les toutes premières photos !

    Visite de nos amis burkinabé à Mont-Saint-Aignan, du 6 au 9 mai 2010

    L'officialisation de la convention de coopération avec le Burkina Faso s'est déroulée le 6 mai 2010 à la Mairie de Mont-Saint-Aignan.

    Durant les heures qui précédaient la cérémonie, les membres de notre Commission ont passé la journée avec nos amis de Rouko : René, Jeanne, son épouse et Christian, l'adjoint au Maire.

    Burkina Faso

    La première visite s'est déroulée à l'école Saint-Exupéry où la délégation a été reçue par la Directrice et un professeur des écoles (une maîtresse de CE2).

    L'IUFM nous a accueillis pour le déjeuner et une visite de son centre de documentation.

    Dans l'après-midi, les hommes sont partis sur l'ESITPA pour des rencontres avec la Direction et quelques étudiants.

    Une réunion de travail s'est tenue afin d'échanger sur les besoins de nos amis burkinabé concernant des projets à mener en commun. Bien que cette rencontre n'ait pu durer très longtemps, des pistes intéressantes ont été envisagées.

    Enfin, le moment attendu est venu scellant le lien fraternel entre nos deux communes.

    Des cadeaux furent remis de part et d'autre. Un pot d'amitié a permis de réunir l'assemblée présente.

    Rappelons quelques notions fortes qui fondent la coopération décentralisée :

    • l'amitié et la solidarité
    • l'aide et le développement dans le respect de l'intérêt local
    • l'assistance technique et humaine
    • la volonté de partager des cultures différentes
    • l'ouverture aux autres
    • le partenariat pour cheminer ensemble vers un monde dans lequel chacun trouve plus de bien-être.

    En conclusion, Liliane Colasse a emprunté une phrase à Anatole France « c'est en croyant aux roses qu'on les fait éclore » et a ajouté que « nous y croyons et qu'ensemble, nous les ferons éclore ».

    Avant de partager un repas convivial avec les membres de la Commission, la délégation de Rouko a participé à la Commémoration du 8 mai au Monument aux morts.